Bannière

Évangile selon Jean
Chaque Jour les Écritures - 4ème année

Jean 1. 1 à 18

    Jean 1

    1Au commencement était la Parolea ; et la Parole était auprès de Dieub ; et la Parole était Dieu. 2Ellec était au commencement auprès de Dieu. 3Tout fut faitd par elle ; et sans elle, pas une seule chose ne fut faite de ce qui a été fait. 4En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommese5Et la lumière brille dans les ténèbres ; et les ténèbres ne l’ont pas comprisef
    6Il y eut un homme envoyé deg Dieu ; son nom était Jean. 7Celui-ci vint pour témoigner, pour rendre témoignage de la lumière, afin que tous croient par lui. 8Lui n’était pas la lumière, mais pour rendre témoignage de la lumière. 9La vraie lumière était celle qui, venant dans le monde, illumine tout homme. 10Ilh était dans le monde, et le monde fut faitd par lui, et le monde ne l’a pas connu. 11Il vint chez lui, et les siensi ne l’ont pas reçu. 12Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’êtrej enfants de Dieu, c’est-à-dire à ceux qui croient en son nom – qui sont nés 13non pas de sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. 
    14Et la Parole devint chair et habitak au milieu de nous (et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme d’un Fils unique de la part du Père) pleinel de grâceA et de vérité.
     15Jean rend témoignage de lui et s’est écrié : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient après moi prend place avant moi ; car il était avant moi » . 16De sa plénitude en effet, nous tous nous avons reçu et grâce sur grâce.
     17Car la Loi a été donnée par Moïse ; la grâceA et la vérité sont venues par Jésus ChristA18Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils uniquem, qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître. 

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. ou : le Verbe (dans l’original, le mot : logos est du genre masculin).

    b. avec la nuance : (tournée) vers Dieu.

    c. ou : Il, c.-à-d. : Le Verbe.

    d. c.-à-d. : a été amené à l’existence (comp. Hébreux 11. 3). De même, en fin de verset, et au v. 10.

    e. ou : la lumière des hommes était la vie.

    f. ou : reçue, saisie.

    g. litt. : de la part de.

    h. c.-à-d. : le Verbe (ou : la Parole), Celui qui était lumière (v. 1-4).

    i. le peuple juif dans son ensemble, alors que les Écritures prédisaient la venue du Messie, ou ChristA (v. 20, 25, 41, 49).

    j. ou : de devenir.

    k. a séjourné (litt. : a dressé sa tente).

    l. pleine se rapporte à la Parole.

    m. pl. mss. ont ici : Dieu Fils unique.

    « Le Fils unique » faisant connaître le Père, tel est le résumé de cet évangile (v. 18 ; voir 1 Jean 4. 9). Le premier verset déjà, dont chaque terme doit être pesé, nous le présente comme la Parole, une personne éternelle, distincte de Dieu, tout en étant Dieu. Aussi loin que peut remonter notre pensée, elle était (Psaume 90. 2). Mais cette Parole créatrice, unique source de la vie et de la lumière, ne s’est pas adressée à nous du haut du ciel ; elle est venue dans le monde (v. 9), s’assujettissant à nos limites de l’espace et du temps. Mystère insondable : la Parole devint chair (v. 14 ; 1 Timothée 3. 16) ! Elle n’est pas venue comme un messager rapide qui s’en retourne aussitôt à celui qui l’a envoyé. Elle a habité (dressé sa tente) au milieu de nous, sans cesser jamais pourtant d’être « dans le sein du Père » (v. 18).

    Tout ce qu’est Dieu dans sa nature même : amour et lumière (grâce pour le cœur et vérité pour la conscience du pécheur), s’est approché de nous et a brillé dans cette Personne adorable. Mais les ténèbres morales de l’homme n’ont pas compris la vraie lumière (v. 5). Le monde n’a pas connu son Créateur. Les siens n’ont pas reçu leur Messie (v. 11). Et vous, lecteur, l’avez-vous reçu ? S’il en est ainsi, vous êtes un enfant de Dieu (v. 12 ; Galates 3. 26).

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage