Bannière

Le livre du prophète Ézéchiel
Chaque Jour les Écritures - 4ème année

Ézéchiel 1. 1 à 14

    Ézéchiel 1

    1Et il arriva en la trentième année, au quatrième [mois], le cinquième [jour] du mois, comme j’étais au milieu des captifsa, près du fleuve Kebar, que les cieux furent ouverts, et je vis des visions de Dieu. 2Le cinquième [jour] du mois (c’était la cinquième année de la déportation du roi Jehoïakin), 3la parole de l’Éternel vint expressément à Ézéchiel, le sacrificateur, fils de Buzi, dans le pays des Chaldéens, près du fleuve Kebar ; et la main de l’Éternel fut là sur lui. 
    4Et je vis, et voici, un vent de tempête venait du nord, une grosse nuée, et un feu qui s’entortillaitb ; et il y avait une splendeur tout autour, et de son milieu, du milieu du feu, [brillait] comme l’apparence de l’airain luisantc ;  5et, du milieu, la ressemblance de quatre animaux ; et voici leur aspect : ils avaient la ressemblance d’un homme ;  6et chacun d’eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes ;  7et leurs pieds étaient droits, et la base de leurs pieds était comme la base du pied d’un veaud ; et ils étincelaient comme l’apparence du bronze poli ;  8et il y avait des mains d’homme sous leurs ailes sur leurs quatre côtés ; et ils avaient, les quatre, leurs faces et leurs ailes ;  9leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre ; ils ne se tournaient pas quand ils allaient : ils allaient chacun droit devant soi. 10Et la ressemblance de leurs faces était la face d’un homme ; et, les quatre, ils avaient la face d’un lion, à droite ; et, les quatre, ils avaient la face d’un boeuf, à gauche ; et, les quatre, ils avaient la face d’un aigle ;  11et leurs faces et leurs ailes étaient séparées par le haut : chacun avait deux [ailes] jointes l’une à l’autre, et deux qui couvraient leur corps. 12Et ils allaient chacun droit devant soi : là où l’Esprit devait aller, ils allaient ; ils ne se tournaient pas lorsqu’ils allaient. 
    13Et quant à la ressemblance des animaux, leur aspect était comme des charbons de feu brûlants, comme l’aspect de torches ; le [feu] courait entre les animaux ; et le feu avait de l’éclat, et du feu sortaient des éclairs. 14Et les animaux couraient et retournaient, comme l’aspect du sillon de l’éclair. 

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. ailleurs : [ceux de] la déportation.

    b. ou : qui s’entremêlait ; comp. Exode 9. 24.

    c. substance inconnue ; peut-être un alliage d’or et d’argent.

    d. litt : la plante de leurs pieds était comme la plante du pied d’un veau.

    Nous abordons maintenant le livre d’Ézéchiel, quelquefois négligé en raison de sa difficulté. Demandons spécialement au Seigneur son secours pour y trouver de l’édification spirituelle.

    Ce prophète était un sacrificateur comme Jérémie son contemporain. Mais, tandis que ce dernier demeurait dans Jérusalem, Ézéchiel avait fait partie d’un premier convoi de déportés emmenés « dans le pays des Chaldéens » pendant le règne de Jehoïakin (v. 3). C’est là, près du fleuve Kebar, que la parole de Dieu lui est adressée et qu’il est témoin d’une vision extraordinaire. Au milieu du feu et de l’airain brillant, symbole de la justice divine exerçant ses droits, le prophète aperçoit quatre animaux fantastiques, qui étaient des chérubins, gardiens et défenseurs de la sainteté de Dieu (ch. 10). Leurs attributs : faces, ailes, pieds et mains sont autant de symboles par lesquels Dieu veut faire comprendre quels sont ses caractères en justice et en jugement : l’intelligence, la force, la patience et la rapidité, représentées respectivement par la face de l’homme, du lion, du bœuf et de l’aigle. Ces symboles se retrouvent avec beaucoup d’autres dans l’Apocalypse qui est aussi un livre de jugements (voir Apocalypse 4. 6, 7).

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage