Bannière

Le second livre de Samuel
Chaque Jour les Écritures - 2ème année

2 Samuel 1. 1 à 16

    2 Samuel 1

    1Et il arriva, après la mort de Saül, quand David fut revenu d’avoir frappé Amalek, que David habita deux jours à Tsiklag. 2Et, le troisième jour, voici, un homme vint du camp, d’auprès de Saül, ses vêtements déchirés et de la terre sur sa tête ; et dès qu’il arriva auprès de David, il tomba contre terre et se prosterna. 3Et David lui dit : D’où viens-tu ? Et il lui dit : Je me suis échappé du camp d’Israël. 4Et David lui dit : Que s’est-il passé ? raconte-le-moi, je te prie. Et il dit que le peuple s’était enfui de la bataille, et que beaucoup d’entre le peuple étaient tombés et étaient morts, et que Saül aussi et Jonathan, son fils, étaient morts. 5Et David dit au jeune homme qui lui racontait [ces choses] : Comment sais-tu que Saül et Jonathan, son fils, sont morts ?  6Et le jeune homme qui lui rapportait [ces choses] dit : Je passais par aventure sur la montagne de Guilboa ; et voici, Saül s’appuyait sur sa lance, et voici, les chars et les gens de cheval le serraient de près. 7Et il se tourna en arrière et me vit, et m’appela ; et je dis : Me voici. 8Et il me dit : Qui es-tu ? Et je lui dis : Je suis Amalékite. 9Et il me dit : Tiens-toi, je te prie, sur moi, et tue-moi, car l’angoissea m’a saisi, parce que ma vie est encore toute en moi. 10Alors je me suis tenu sur lui, et je l’ai mis à mort ; car je savais qu’il ne vivrait pas après sa chute ; et j’ai pris la couronne qui était sur sa tête et le bracelet qui était à son bras, et je les ai apportés ici à mon seigneur. 11Alors David saisit ses vêtements et les déchira ; et tous les hommes qui étaient avec lui [firent] de même ;  12et ils menèrent deuil, et pleurèrent, et jeûnèrent jusqu’au soir sur Saül et sur Jonathan, son fils, et sur le peuple de l’Éternel, et sur la maison d’Israël, parce qu’ils étaient tombés par l’épée. 
    13Et David dit au jeune homme qui lui avait rapporté [ces choses] : D’où es-tu ? Et il dit : Je suis fils d’un homme étranger, d’un Amalékite. 14Et David lui dit : Comment n’as-tu pas craint d’étendre ta main pour tuerb l’oint de l’Éternel ?  15Alors David appela un des jeunes hommes et [lui] dit : Approche [et] jette-toi sur lui ! Et il le frappa, et il mourut. 16Et David lui dit : Ton sang soit sur ta tête, car ta bouche a témoigné contre toi, disant : J’ai mis à mort l’oint de l’Éternel.  

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. le sens du mot est incertain.

    b. héb. : détruire.

    L’affaire de Tsiklag a laissé David humilié, conscient de sa faiblesse, mais aussi elle l’a rétabli dans d’heureuses relations avec l’Éternel. Il a été ainsi préparé pour son règne, sur lequel va maintenant s’ouvrir ce deuxième livre de Samuel.

    L’homme qui lui annonce la mort de Saül est à ses propres yeux « comme un messager de bonnes nouvelles » (ch. 4. 10). Ne s’agit-il pas pour David de la mort de son ennemi et de la possibilité de monter sur le trône ? Mais cet homme ne connaît pas celui à qui il s’adresse. Dans le cœur du « bien-aimé » de l’Éternel brillent la grâce, le désintéressement, l’amour pour son peuple et le respect de l’ordre divin. Comment se réjouirait-il alors qu’Israël est vaincu et son prince déshonoré devant les ennemis de l’Éternel ?

    « D’où es-tu ? » , lui demande David. L’homme confirme qu’il fait aussi partie des ennemis d’Israël, et des pires : c’est un Amalékite ! En essayant de tromper David par son récit mensonger, il n’a fait que se tromper lui-même (voir Proverbes 11. 18). Il aurait voulu que le nouveau roi tienne la couronne de sa main. Il ressemble en cela au grand Ennemi qui cherchait à faire accepter à Jésus – mais sans plus de succès – tous les royaumes du monde et leur gloire (Matthieu 4. 8 à 10).

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage