Bannière

Première épître de Jean
Chaque Jour les Écritures - 5ème année

1 Jean 1. 1 à 10

    1 Jean 1

    1Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la Parolea de la vie 2(et la vieb a été manifestée ; et nous avons vu et nous témoignons, et nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée) ;  3ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi vous ayez communion avec nous : or notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. 4Et cela, nous vous l’écrivons afin que votrec joie soit complète. 
    5Voici le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons : Dieu est lumière et il n’y a en lui aucunes ténèbres. 
    6Si nous disons que nous avons communion avec lui et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité ;  7mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous avons communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de toutd péchéB
    8Si nous disons que nous n’avons pas de péchéA, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. 
    9Si nous confessons nos péchésB, il est fidèle et juste pour nous pardonnerA nos péchés et nous purifier de toute iniquité. 
    10Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur et sa Parole n’est pas en nous. 

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. ou : le Verbe (Jean 1. 1-4, 14).

    b. comp. Jean 6. 33, 35 ; 11. 25 ; 14. 6 ; 17. 3.

    c. certains lisent : notre.

    d. ou : chaque.

    « Vous aussi, vous rendrez témoignage – avait dit le Seigneur aux douze – parce que depuis le commencement vous êtes avec moi » (Jean 15. 27). C’est ce que fait ici l’apôtre Jean. Son sujet est la vie éternelle d’abord « entendue » , « vue » et « touchée » dans le Fils, maintenant communiquée à ceux qui ont reçu par la foi le droit d’être enfants de Dieu (Jean 1. 12). Il faut distinguer la relation proprement dite d’avec le fait de goûter et de bénéficier de cette relation, appelée la communion. La première est la part de tous les enfants du Père. La seconde, la part seulement de ceux qui marchent dans la lumière (v. 7).

    Les versets 6 à 2. 2 expliquent comment la communion peut être entretenue, ou rétablie quand elle est interrompue. Du côté de Dieu, une provision inépuisable répond à toutes nos iniquités : le sang de Jésus Christ, son Fils. Il n’est pas de péché trop grand que ce sang précieux ne puisse effacer. Il purifie de tout péché (v. 7 fin), de toute iniquité (v. 9 fin). De notre côté, une seule chose est demandée : la pleine confession de chacun des manquements dont nous sommes conscients pour obtenir un plein pardon (v. 9 ; Psaume 32. 5). Ma lourde dette a été payée par un Autre et Dieu ne serait pas juste envers mon Substitut s’il me la réclamait de nouveau.

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage