Bannière

Le livre du prophète Aggée
Sondez les Écritures - 5ème année

Introduction
Philippe Laügt : Chapitres 1 à 2

Le prophète Aggée

La captivité de la maison de Juda à Babylone se situe entre les prophéties de Sophonie et d’Aggée. Celui-ci est, chronologiquement, le premier des trois prophètes de la période qui suit l’exil.

Aggée signifie « mes fêtes » ou « joyeux » . Nous ne connaissons rien sur son histoire personnelle. Il est mentionné en Esdras 5. 1 et 6. 14. Certains commentateurs ont conclu à la lecture du verset 3 du chapitre 2, qu’il avait dû connaître le premier temple. S’il en est ainsi, Aggée devait avoir au moins quatre-vingts ans au moment de sa prophétie.

Le premier verset de ce livre donne la date du premier message prophétique d’Aggée : la deuxième année du roi perse Darius 1er, dit “le Grand”, en l’an 520 avant J.-C. Deux mois plus tard, le jeune Zacharie commence également à proclamer son message – message dont la portée est plus étendue que celui d’Aggée.

L’examen des dates des cinq prophéties d’Aggée nous montre que son ministère s’est déroulé durant une période de quatre mois seulement.

L’époque d’Aggée et de Zacharie

Pour comprendre les prophéties d’Aggée et de Zacharie, nous devons soigneusement étudier le récit historique contenu dans le livre d’Esdras. Nous mentionnons ici uniquement les faits principaux de cette période :

– 1. Après le retour de Babylone, l’autel est reconstruit sur son emplacement antérieur et les fêtes instaurées par la loi sont à nouveau célébrées.

– 2. La seconde année, en 535 avant J.-C., on pose la fondation du nouveau temple. C’est tout à la fois un temps de réjouissance et de tristesse, car ces fondements montrent bien que le nouveau temple sera peu de chose en comparaison du premier [Esd. 3. 12, 13]. Il s’ensuit des larmes de joie et des larmes de tristesse.

– 3. Puis l’édification du temple est négligée pour un temps : l’indifférence, le manque d’énergie du peuple de Dieu et les oppositions répétées des ennemis entraînent l’arrêt de la construction.

Les Samaritains, une race métissée [Esd. 4. 1, 9, 10], proposent au résidu juif de s’allier avec lui et de l’aider dans son travail. Quand leur proposition est noblement rejetée, ils emploient des moyens politiques, en faisant de faux rapports à la cour des rois de Perse, pour entraver la reconstruction de la maison de Dieu. Au bout de quelque temps, leurs intrigues paraissent couronnées de succès. En réponse à leur pétition à Artaxerxès, en 522 avant J.-C., ordre est donné de cesser la construction du temple. Pendant le reste de son règne – environ un an1 – la construction est complètement arrêtée.

– 4. Darius 1er (521 avant J.-C.) est plus favorable à ses sujets d’origine juive. C’est à ce moment-là que l’Esprit de Dieu appelle Aggée et Zacharie à remplir un service prophétique. Ils engagent fortement le peuple à reprendre la construction du temple.

– 5. Le résidu se montre dans une grande mesure négligent dans cette affaire. Bien des Juifs se servent de leurs ressources pour s’édifier de belles demeures et pour les décorer, alors que la maison de l’Éternel est inachevée. Ils agissent de manière égoïste, indifférents aux intérêts divins.

Alors, leurs récoltes deviennent très médiocres. La bénédiction du Seigneur manque sur tout leur travail. Aussi, le prophète les avertit que cette malédiction est consécutive au déplaisir de l’Éternel, parce que sa maison est délaissée : “Vous avez semé beaucoup, et vous rentrez peu ; vous mangez, mais vous n’êtes pas rassasiés ; vous buvez, mais vous n’en avez pas assez ; vous vous vêtez, mais personne n’a chaud ; et celui qui travaille pour des gages, travaille pour les mettre dans une bourse trouée” (1. 6).

Ce livre d’Aggée se situe entre les chapitres 4 et 5 du livre d’Esdras (comp. Esd. 5. 1).

Le message d’Aggée

Par le moyen d’Aggée, comme nous venons de le voir, Dieu veut atteindre la conscience d’un peuple attiédi, relâché, négligent et recherchant ses aises.

Mais ce message va bien au-delà de la période pendant laquelle Aggée parle. Sa portée, comme pour ceux prononcés par les prophètes précédents, s’étend jusqu’à la manifestation de l’heure de la gloire. Il parle du Messie, notre Seigneur, comme de “l’objet du désir de toutes les nations” et de ce temps où toutes les nations seront ébranlées. Il annonce le moment où la maison sera remplie de la gloire de Dieu. Ce passage est cité en Hébreux 12. 26, 27. Le Seigneur reviendra et apportera la gloire promise.

Style et résultat du message

Le message d’Aggée est écrit dans un style littéraire très dépouillé, très différent de celui des prophètes avant la captivité ; il est simple et peu poétique, à l’inverse de celui utilisé par Ésaïe ou Nahum. Beaucoup de questions sont posées. L’ascendance d’Aggée n’est pas non plus mentionnée. Donc, rien pour attirer l’attention… Mais il parle au nom du Dieu d’Israël (1. 13) [Esd. 5. 1], et c’est là l’essentiel !

Le résultat ne se fait pas attendre : “Et les anciens des Juifs bâtirent et prospérèrent par la prophétie d’Aggée, le prophète, et de Zacharie, fils d’Iddo. Et ils bâtirent et achevèrent, selon l’ordre du Dieu d’Israël” [Esd. 6. 14].

Plan du prophète Aggée

Les deux chapitres contiennent cinq messages.

Premier message : Appel de Dieu à la conscience, pour qu’ils montrent de la repentance : Ch. 1. 1-11

Deuxième message : Appel de Dieu à leur esprit, pour qu’ils montrent du zèle : Ch. 1. 12-15

Troisième message : Appel de Dieu à leur volonté, pour qu’ils montrent de la persévérance : Ch. 2. 1-9

Quatrième message : Appel de Dieu à leur conscience, pour qu’ils montrent de l’obéissance : Ch. 2. 10-19

Cinquième message : Appel de Dieu à leur cœur, pour leur donner des certitudes : Ch. 2. 20-23

Notes
1 –

Cet Artaxerxès serait un usurpateur, connu dans l’histoire sous le nom de Pseudo-Smerdis ou Smerdis le mage (voir SLE vol. 8 commentaire sur Daniel 11. 1-20).

Choisir un livre
Choisir un passage
×
Choisir un livre
Choisir un passage