Bannière

Seconde épître aux Corinthiens
Sondez les Écritures - 2ème année

Introduction
Raymond Lacombe : Chapitres 1 à 13

Cette seconde épître aux Corinthiens peut être considérée comme la suite de la première. Elle traite du ministère (ou service) public ou privé de tous les chrétiens. Chaque croyant, membre du corps de Christ, a sa responsabilité envers le Seigneur et à l’égard des autres membres.

Le service n’est ni le monopole ni la prérogative de certains. Désigner officiellement un clergé, seul habilité à exercer le ministère chrétien, aboutit à une restriction du service mutuel par l’inactivité de beaucoup de croyants ; il en résulte une grande perte de bénédictions spirituelles.

Circonstances de l’épître

Paul était venu à Corinthe lors de son deuxième voyage missionnaire [Act. 18. 1-17]. Il était à l’origine de cette assemblée dans cette grande ville. Mais au début de son troisième voyage, il reçoit de très graves nouvelles au sujet de cette assemblée qui lui tenait tant à cœur ; entre autres, par le témoignage des frères de chez Chloé [1 Cor. 1. 11].

C’est d’Éphèse qu’il écrit sa première épître [1 Cor. 16. 8], dans laquelle il censure vertement les croyants. Après un séjour de trois ans, il quittera Éphèse à la suite de circonstances dramatiques qui ont failli lui coûter la vie [Act. 19. 23-41 ; 1 Cor. 15. 32]. Il y fait probablement allusion dans cette seconde épître (1. 8-10). Mais de telles souffrances ne l’empêchent pas de penser avec une grande sollicitude à ses chers Corinthiens.

Les graves questions qu’il se posait à leur égard étaient : Comment avaient-ils reçu les réprimandes rigoureuses de la première épître ? S’était-il aliéné leur affection ? Allaient-ils manquer de droiture et refuser la répréhension ? Ou, au contraire, leur conscience serait-elle réveillée par la grâce de Dieu ?

Timothée leur avait été envoyé en premier lieu pour poursuivre le travail de l’apôtre [1 Cor. 4. 17]. Mais le compte rendu de cette visite ne nous a pas été révélé. Ensuite Tite part à Corinthe avec la délicate mission d’apprécier l’effet de la première épître. L’apôtre est impatient de connaître les nouvelles qu’il va lui ramener. Ne le trouvant pas en Troade, où il se rend en venant d’Éphèse, il n’hésitera pas à traverser le nord de la mer Égée pour, enfin, le retrouver en Macédoine (2. 12). Ce dernier voyage est signalé dans le livre des Actes [Act. 19. 21 ; 20. 1]. A son grand soulagement, les nouvelles sont bonnes dans l’ensemble, mais loin d’être parfaites.

Le premier mouvement de l’apôtre a été de se hâter d’aller lui-même à Corinthe (1. 15). Mais, conduit par Dieu plus que par ses sentiments, il est amené à aller vers eux, non en personne, mais par le moyen de cette seconde épître. C’est pour cela que lorsqu’il s’y rendra enfin, ce sera, peut-on penser, la troisième fois qu’il vient à eux (13. 1, 2).

Connaissant donc leur état spirituel par le témoignage de Tite, Paul leur envoie maintenant cette seconde épître depuis la Macédoine (9. 4). Il semble qu’elle ait été écrite au cours de l’été de l’an 57, alors que la première l’aurait été au printemps de l’année précédente.

Buts de l’épître

Voici les buts essentiels de cette lettre :

– 1. constater avec joie leur soumission et leur droiture,

– 2. leur parler du ministère chrétien en général et de celui de Paul en particulier à cause de ceux qui profitaient de son absence pour le battre en brèche,

– 3. présenter des exhortations liées à la bienfaisance,

– 4. les convaincre de son amour pour eux et de son désir qu’ils soient bénis,

– 5. leur annoncer sa visite en temps opportun.

Cette épître ne fait pratiquement pas allusion aux venues futures du Seigneur ni à son royaume, contrairement à la première. En revanche, elle parle beaucoup de la gloire. C’est même une pensée clé (le mot gloire y est répété une vingtaine de fois). Mais il s’agit presque toujours de la gloire actuelle et non future. Les mots ministère, consolation, sont aussi d’autres mots clés.

Soulignons enfin la multiplicité des contrastes souvent très forts, confinant même au paradoxe. Le style est épistolaire et chaleureux, plus apaisé que dans la première épître.

Plan de la 2e épître aux Corinthiens

Le sujet général de l’épître est le ministère (ou service) chrétien.

1. Les activités du serviteur du Seigneur : Ch. 1-7

1. Communion des saints et du serviteur : Ch. 1 et 2

2. Témoignage collectif de l’assemblée : Ch. 3

3. La gloire de Dieu dans des vases de faiblesse : Ch. 4 et 5

4. Les épreuves et le dépouillement du serviteur : Ch. 6 et 7

2. La bienfaisance : Ch. 8 et 9

1. Bienfaisance et communion : Ch. 8

2. La générosité des chrétiens et le don suprême de Dieu : Ch. 9

3. Le serviteur de Christ, son ministère et ses épreuves : Ch. 10 à 13

1. Les épreuves de Paul en face des opposants : Ch. 10 et 11

2. La grâce et la discipline de Dieu envers Paul : Ch. 12. 1-10

3. Le dernier message de Paul aux Corinthiens : Ch. 12. 11 à 13

En comptant parties et sous-parties, l’épître peut donc être divisée en neuf séquences qui reflètent la progression de la pensée de l’apôtre Paul. Mais, contrairement à la première épître, les thèmes se chevauchent souvent. Ainsi, certaines pensées déjà présentées sont reprises plus loin.

Choisir un livre
Choisir un passage
×
Choisir un livre
Choisir un passage