Bannière

Première épître de Jean
Sondez les Écritures - 5ème année

Introduction
Henri Laügt : Chapitre 1
Sylvain Fayard : Chapitre 1
Jean Muller : Chapitre 1

“Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils : Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie” (1 Jean 5. 11, 12).

Les écrits de Jean : Évangile, Épîtres et Apocalypse

L’évangile selon Jean présente les gloires de la personne de Jésus Christ, Fils de Dieu, qui est lumière et amour. Christ est la manifestation parfaite et complète de la vie éternelle. Parole incarnée dans le temps, il est venu sur la terre apporter aux hommes la grâce et la vérité.

En rapportant les dernières paroles du Seigneur à ses disciples, l’évangile annonce l’envoi du Saint Esprit comme consolateur (la promesse du Père). À la croix, Jean seul rapporte qu’un soldat romain perça le côté du Sauveur après sa mort et qu’il en est sorti du sang et de l’eau. Enfin, à sa résurrection, le Sauveur révèle à Marie de Magdala la nouvelle relation des rachetés avec Dieu, comme enfants du Père dans la famille céleste.

Ces grands faits forment la base des trois épîtres de Jean, qui montrent la vie éternelle (l’amour et la lumière), communiquée maintenant au croyant et confirmée par le triple témoignage divin (l’Esprit, l’eau et le sang). La vie éternelle, manifestée en Christ lors de sa première venue sur la terre, est maintenant la part de ses rachetés ; des preuves confirment la réalité de cette vie divine, que nous avons reçue et par laquelle nous avons accès à de merveilleux privilèges. Ainsi, les vérités développées dans les dix-neuf premiers chapitres de l’évangile selon Jean introduisent la doctrine développée dans ses épîtres.

Si l’évangile selon Jean montre ce qui est vrai en Christ, les épîtres présentent ce qui est vrai en nous, chrétiens.

Les deux derniers chapitres de l’évangile présentent sous une forme prophétique et quelque peu mystérieuse le tableau des relations futures de Christ avec son peuple terrestre Israël et avec la terre entière sous le règne millénaire. Ce sujet est repris dans l’Apocalypse, le livre du retour du Seigneur. Ainsi la portée des écrits de Jean (historiquement les derniers à compléter la révélation divine) donne tout son sens à la parole du Seigneur à Pierre au sujet de Jean : “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne…” [Jean 21. 22].

L’auteur et les destinataires des trois épîtres

Aucune des trois épîtres ne mentionne le nom de son auteur. Toutefois, l’identité du style et la continuité des sujets traités dans l’évangile et les épîtres ne laissent place à aucun doute : Jean, “le disciple que Jésus aimait”, est bien l’auteur de ces quatre écrits inspirés. Le thème développé dans ceux-ci – Dieu révélé en Christ, le Fils du Père – est d’une tel niveau spirituel, qu’il convenait que l’instrument humain disparaisse ; l’auteur ne se nomme même pas.

Au contraire, l’Apocalypse, le dernier écrit de Jean, qui clôt historiquement la révélation divine, est signée par l’apôtre. Il ne manque pas de donner les sources divines et célestes de ce dernier et solennel message à la terre habitée : Dieu, Jésus Christ, son ange et Jean, esclaves de Jésus Christ1.

La première épître ne signale pas son (ou ses) destinataire(s), contrairement aux écrits de Paul, de Pierre ou de Jacques qui sont adressés, soit à un croyant (Timothée, Tite ou Philémon), soit à une assemblée particulière (Romains, Corinthiens, etc.), soit enfin à une famille de croyants (Pierre ou Jacques). Comme l’épître aux Hébreux, la première épître de Jean est d’une richesse telle que l’auteur de l’une et de l’autre entre d’emblée dans le sujet, sans l’introduire par des salutations, et sans même mentionner son destinataire. L’application morale de cette première épître est donc universelle.

Les deux autres courtes épîtres de Jean, ajoutées à la première, sont adressées à une sœur et à un frère en particulier. De caractère plus personnel, ces deux messages revêtent toutefois une portée générale par le fait qu’ils sont ajoutés au canon des Écritures inspirées.

Dates des épîtres de Jean et les temps de la fin

Les épîtres de Jean, écrites à la fin du premier siècle, constatent déjà le déclin universel et la ruine publique de l’assemblée sur la terre, et avertissent de la présence d’antichrists. L’apostasie chrétienne nie le Père et le Fils, et rejette les vérités du christianisme ; l’apostasie juive nie que Jésus est le Christ, l’Oint de Dieu, son Envoyé. Ces deux formes d’apostasie religieuse s’accompagnent d’une apostasie morale, l’abandon d’une conduite selon Dieu dans la vie de l’homme sur la terre.

Au milieu d’un tel déferlement du mal, Christ demeure le seul fondement et la seule sécurité des croyants. Et, pour nous avertir, l’Écriture place plusieurs jalons au cours de la période où l’Église est sur la terre :

– 1. Les “derniers temps”, notamment au cours des ténèbres du Moyen-Âge [1 Tim. 4. 1] ;

– 2. Les “derniers jours” de l’apostasie morale [2 Tim. 3. 1] ;

– 3. La “fin du temps” ou le “dernier temps” [Jude 18] ;

– 4. Les “derniers jours” [2 Pi. 3. 3] ;

– 5. Enfin, la “dernière heure” (1 Jean 2. 18).

Sur le plan spirituel, les épîtres de Jean se placent donc après la seconde épître de Pierre, qui constate l’iniquité grandissante et annonce la venue des moqueurs, et après celle de Jude, qui parle de l’apostasie, l’abandon de la foi chrétienne. Les hommes se détournent alors de la vérité pour se tourner vers les fables [2 Tim. 4. 4]2.

Les écrits de Jean et de Paul

Les écrits de Jean montrent le Père dans le Fils, et la vie éternelle communiquée au croyant par le Fils de Dieu. Les écrits de Paul développent la position du chrétien devant Dieu en Christ.

Jean place Dieu devant nous, une Personne divine sur la terre. Le Père est révélé dans le Fils, et la vie éternelle est en lui. Paul, par sa doctrine, considère les croyants comme déjà dans le ciel, agréables en Christ devant Dieu.

Jean présente la grâce de Dieu qui apporte la vie éternelle. Paul présente cette même grâce de Dieu, mais en rapport avec la justification par la foi.

Jean considère les chrétiens comme formant la famille céleste du Père. Paul présente collectivement les croyants comme l’assemblée, la maison de Dieu sur la terre, et comme formant le corps de Christ ; il en montre les relations avec Israël, le peuple terrestre de Dieu.

L’ensemble des écrits de ces deux apôtres constitue un précieux dépôt que nous devons garder jusqu’à ce que le Seigneur vienne3.

Thèmes des trois épîtres de Jean

Le sujet fondamental de la première épître est que la vie divine, Christ, est maintenant manifestée dans les croyants sur la terre. La doctrine de l’épître, déjà résumée dans le premier chapitre, est présentée dans l’ordre suivant :

– La vie divine communiquée à l’homme et l’introduction des croyants dans la communion avec le Père et avec son Fils Jésus Christ (ch. 1. 1-4).

– La nature même de Dieu, qui est lumière, et notre communion avec lui (ch. 1. 5-10).

– Les moyens prévus par Dieu pour nous maintenir dans cette communion (ch. 2. 1, 2).

– Les preuves pratiques de la réalité de la vie divine en nous (ch. 2. 3 à 3. 24).

– La portée de notre privilège comme bénéficiaires de la vie éternelle. Nous demeurons en Dieu, nous jouissons de sa communion, et il demeure en nous par son Esprit (ch. 3 et 4).

– La vie éternelle et le témoignage de Dieu reçu par la foi (ch. 5).

Les deuxième et troisième épîtres n’exposent pas de points de doctrine complémentaires par rapport à la première. Elles montrent plutôt comment la doctrine déjà révélée s’applique aux circonstances de la vie chrétienne. La vérité, seule pierre de touche de cette doctrine, montre comment résister aux séducteurs (2 Jean 10) et, en même temps, comment recevoir les fidèles serviteurs du Seigneur (3 Jean 8).

Plan des épîtres de Jean

Le plan suivant, proposé pour les méditations, découle de la succession des thèmes rappelés ci-dessus.

Plan des trois épîtres de Jean

Première partie. La vie divine en Christ et dans les croyants : 1 Jean 1 à 2. 2

Deuxième partie. La vie divine et ses preuves : 1 Jean 2. 3 à 3. 24

Troisième partie. La vie divine et ses privilèges : 1 Jean 4

Quatrième partie. La vie divine et ses certitudes : 1 Jean 5

Cinquième partie. Défense de la vérité : 2 Jean

Sixième partie. Aide et entrave : 3 Jean

Notes
1 –

L’ange et l’apôtre sont compagnons d’esclavage (Apoc. 22. 9).

2 –

Dans le Psaume 101 (v. 3), ceux qui se détournent sont des apostats.

3 –

Le dernier message d’un fidèle serviteur du Seigneur : « Que le ministère de Jean ne soit pas oublié en insistant sur celui de Paul. L’un donne la dispensation dans laquelle se trouve le déploiement de ce qui fait l’objet de l’autre » .

Choisir un livre
Choisir un passage
×
Choisir un livre
Choisir un passage