Bannière

Le Seigneur est proche

Mercredi 4 décembre 2019
Je (Jésus) viens à toi (Père) et je dis cela… afin qu’ils (ceux que tu m’as donnés) aient ma joie accomplie en eux-mêmes.
Jean 17. 13
La joie (1)
Une abondance de joie

Saviez-vous que l’absence de joie chez un chrétien est une chose anormale ? Si vous êtes droit devant Dieu, il devrait y avoir de la joie dans votre vie ! Mais il y a beaucoup de chrétiens qui vivent comme s’ils avaient perdu leur joie. Nous pouvons poser la question : Pourquoi la joie est-elle si importante ?

L’une des principales raisons c’est que la joie contribue à gagner à Jésus ceux qui sont perdus. Vous ne pouvez pas avoir une Bible sous un bras et une pierre tombale sous l’autre, en disant : Ne voulez-vous pas être comme moi ? – Notre meilleur argument pour proclamer le salut et amener quelqu’un au Sauveur, c’est de manifester la joie du Seigneur.

Une autre raison pour laquelle la joie est nécessaire, c’est qu’elle donne la force de vivre la vie chrétienne. Dieu avait dit à Néhémie, quand il construisait la muraille autour de Jérusalem et que le peuple se fatiguait : “La joie de l’Éternel est votre force” (Néhémie 8. 10). Vous ne pouvez pas vivre la vie chrétienne sans joie. La joie est essentielle pour pouvoir supporter les fardeaux de la vie. Nous avons tous des peines de cœur et des difficultés ; on a dit que la joie est le lubrifiant de la vie. La joie du Seigneur soulagera et ôtera les fardeaux de votre cœur.

Alors, qu’est-ce que la joie et quelle en est la source ? La joie du chrétien vient du Seigneur Jésus lui-même ! Nous n’avons pas seulement à avoir une joie comme la sienne, nous devons avoir sa joie. Jésus avait une joie qui abondait. Il a dit : “Qu’ils aient ma joie accomplie en eux-mêmes”, et aussi : “Que votre joie soit complète” (Jean 16. 24). Le Seigneur ne se contentait pas d’une demi-mesure de joie : sa joie était une joie “accomplie”, “complète”, et il désirait qu’elle remplisse de la même manière le cœur des siens. Il avait une joie qui demeure ; il a dit : “Que ma joie soit en vous” (Jean 15. 11). Ce n’était pas une joie qui allait et venait, et il nous donne aussi cette joie qui demeure en dépit des circonstances. “Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je vous le dirai encore : réjouissez-vous” (Philippiens 4. 4).