Bannière

Le Seigneur est proche

Mercredi 9 octobre 2019
Venez, retournons à l’Éternel, car lui a déchiré, et il nous guérira ; il a frappé, et il bandera nos plaies… J’ai aimé la bonté, et non le sacrifice, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.
Osée 6. 1, 6
Un esprit brisé comme sacrifice à Dieu

Après les jugements sévères que Dieu a dû annoncer aux rebelles d’Israël et de Juda au chapitre précédent, nous voyons ici le prophète inviter le peuple à retourner à l’Éternel. La manière dont Dieu agit envers Israël aura le résultat souhaité, car il y aura à la fin un véritable retour vers Dieu (14. 4). Ils en viendront à faire confiance à Dieu, qui, malgré leurs manquements, soignera leurs plaies à cause de sa bonté. Ils connaîtront alors leur Dieu, et il bénira.

Mais au moment où le prophète écrivait, combien sont revenus à l’Éternel ? et combien de temps a duré ce changement ? Malheureusement, nous voyons plus tard ce qui les caractérisait par ce que le Seigneur dénonçait chez les pharisiens. Ils n’observaient plus la loi de Moïse ; même s’ils enseignaient de façon méticuleuse tous les commandements de Dieu – le Seigneur Jésus pouvait dire : “Tout ce qu’ils vous disent, faites-le” (Matthieu 23. 3) –, leur cœur était en réalité très éloigné de Dieu (Matthieu 15. 8).

Alors Dieu leur dit qu’il ne voulait pas de sacrifices ni d’holocaustes. Mais pourquoi les avait-il demandés en premier lieu ? Il y a là une leçon pour nous, une leçon que David a comprise après être tombé si gravement (Psaume 51. 16, 17). Dieu ne veut que des sacrifices accompagnés d’un esprit d’obéissance, d’un cœur brisé et manifestant la bonté et la connaissance de Dieu.

Aujourd’hui aussi, les chrétiens peuvent se conduire et accomplir leur service d’une manière parfaite, dans tous les détails ; ils peuvent, comme les pharisiens, appliquer la Parole à la lettre dans tout ce qu’ils font. Mais tout cela n’a pas de valeur s’ils ne montrent pas la bonté et les caractères de Dieu. Si nous foulons aux pieds la conscience de nos frères et sœurs et ne tenons pas compte de leurs exercices de cœur et de conscience, nos sacrifices, dont nous sommes fiers, seront une abomination pour Dieu. Car alors, nous ne manifestons pas le caractère de notre Seigneur dans notre vie pratique, aussi conforme aux Écritures qu’elle puisse être par ailleurs. Agir dans un esprit de légalisme orgueilleux est un grand danger pour tous ceux qui cherchent à obéir à la Parole de Dieu. Puissions-nous en être gardés !

d’après J. van Dijk