Bannière

Le Seigneur est proche

Mardi 10 septembre 2019
Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit : Fructifiez et multipliez et remplissez la terre.
Genèse 9. 1
Noé commença à être cultivateur et il planta une vigne.
Genèse 9. 20
Foi et chute de Noé (2)

La délivrance de Noé à travers le déluge a prouvé sa foi en Dieu et a illustré la bénédiction qui se rattache à l'obéissance. Le déluge est, jusqu'à aujourd'hui, l'acte de Dieu en jugement, à l’échelle mondiale, le plus marquant ; il sera seulement dépassé par le dernier jugement de feu à la fin des temps. Cependant, l'arche avait entièrement protégé la famille de Noé, tout comme le Seigneur Jésus sauve complètement les croyants de la colère de Dieu contre leurs péchés. Noé a offert des holocaustes à l’Éternel, faisant monter ainsi vers Dieu un doux parfum de reconnaissance, de la même manière que nous louons Christ pour sa parfaite rédemption. C'est la première fois que la Bible mentionne spécifiquement un autel – une réponse sainte à la justice de Dieu comme à sa grâce. Dieu a béni Noé et sa famille, et il a donné l'arc-en-ciel comme signe de ses promesses envers eux.

Cependant Noé, homme juste, qui avait marché avec Dieu lorsqu'il était entouré par la méchanceté, doit maintenant faire l'expérience des défaillances de sa propre chair. Lorsque la violence et la corruption le pressaient, Noé était resté ferme dans sa foi ; mais lorsque le monde a été en quelque sorte rendu neuf, il goûte l'amertume de ce qui reste dans son propre cœur. L'agriculture et les vignobles sont certainement des choses honorables en elles-mêmes, mais Noé est vaincu par son propre vin et il finit ivre et nu dans sa tente.

C'est une leçon pour nous. Les plus grandes victoires de la foi ne nous rendent pas infaillibles. Notre chair est toujours un ennemi et nous conduira forcément à la honte. Les Écritures sont honnêtes au sujet de ces luttes ; pourtant, elles ne reparlent plus jamais de cet épisode dans la vie de Noé. Aussi nous pouvons être sûrs que Noé a reconnu et confessé son péché, et qu'il s'en est repenti. “Car le juste tombe sept fois, et se relève” (Proverbes 24. 16).

S. Campbell