Bannière

Le Seigneur est proche

Samedi 13 juillet 2019
Comme vous avez reçu le Christ Jésus, le Seigneur, marchez en lui.
Colossiens 2. 6
Marchez en Christ !

Ne voyez-vous pas la différence absolue entre le monde et les compagnons du Seigneur Jésus, ne voyez-vous pas tout ce qui les oppose ? Agissons-nous donc maintenant avec l’héritage du premier ou du second Adam ? Sommes-nous pratiquement assimilés – en pensées, sentiments, comportement, ou recherche – avec ce monde qui a rejeté Christ ? Ou bien nos associations nous lient-elles au Sauveur pour “marcher en lui” ? L’humanité est naturellement et fermement associée au “premier homme, Adam”, et tous ceux qui sont à Christ sont naturellement associés à lui – “le dernier Adam”, “le second homme… venu du ciel” (1 Corinthiens 15. 45, 47) ; ils sont “accomplis en lui” – littéralement : édifiés sur lui (Colossiens 2. 10). Comme tous ont hérité du péché et de la honte par le premier Adam, ainsi aussi tous ceux qui croient seront héritiers de toutes choses avec Christ, unis à lui par un lien vital et indissoluble. Ils sont un avec lui quant aux privilèges, à l’intérêt, à la bénédiction, et ils sont héritiers de toute la gloire qu’il possède. Tout ce qui lui appartient comme bénédiction ou comme gloire, il l’offre aux siens, car “tout est à vous”, dit l’apôtre Paul (1 Corinthiens 3. 22).

Puisque telle est la vérité de Dieu, recherchons un renouvellement de notre intérêt personnel et de notre communion avec lui. Cherchons à recevoir davantage de lui : plus il donne, plus il est glorifié. Nous sommes par nature unis au premier Adam, nous sommes faits à sa ressemblance et nous portons son image – cela est certain. De même, si nous sommes croyants, il est certain que nous sommes associés à Christ en toutes choses : nous sommes “héritiers de Dieu, cohéritiers de Christ” (Romains 8. 17).

Nous voyons maintenant notre glorieux Chef, Christ, uniquement par la foi, mais bientôt nous le verrons tel qu’il est, dans toute sa gloire, et nous lui serons semblables (1 Jean 3. 2) ; nos corps seront transformés “en la conformité du corps de sa gloire” (Philippiens 3. 21). En attendant, puissions-nous être remplis de la plénitude de Christ ! Les Écritures nous révèlent toutes les bénédictions qui sont en lui : “toute la plénitude de la déité” habite en Christ (Colossiens 2. 9). Et nous, les compagnons du Seigneur, nous sommes liés à lui dans une union commencée dans le temps actuel, qui sera rendue parfaite dans une éternité bienheureuse.

d’après J.N. Darby