Bannière
Le Seigneur est proche
Dimanche 14 avril 2019
Le peuple qui était assis dans les ténèbres a vu une grande lumière ; et sur ceux qui étaient assis dans la région et dans l'ombre de la mort, une lumière s'est levée.
Matthieu 4. 16
La grandeur de Christ (2)
Une grande lumière

Après avoir été tenté dans le désert en Judée, le Seigneur Jésus s'est retiré en Galilée. Il a quitté Nazareth pour Capernaüm, un village de pêcheurs. Capernaüm allait devenir le point de départ central des activités du Seigneur tout au long de son ministère. Matthieu relève son arrivée dans ce village par une citation du prophète Ésaïe (9. 1, 2). Cette partie de la Galilée se trouvait à l'intérieur des frontières de l'ancien Israël, mais, au temps de Jésus Christ, sa population comprenait à la fois des gens des nations et des Juifs. À cause de ce mélange et de la pauvreté générale de la région, ces Juifs de Galilée étaient particulièrement méprisés par l'élite religieuse de Jérusalem et de Judée. Mais c'était la Galilée que le Seigneur Jésus avait spécialement en vue dans son ministère !

Il est intéressant de voir qu'Ésaïe décrivait le peuple galiléen comme un peuple qui “marchait” dans les ténèbres (v. 2), mais dans la citation faite par Matthieu, nous lisons que le peuple “était assis” dans les ténèbres. Les choses s'étaient manifestement dégradées depuis les jours d'Ésaïe, et le peuple s'était résigné à ce triste état de choses ! Mais c'était sur ce peuple qu'une “grande lumière” s'était levée. Celui qui est “le resplendissement de la gloire de Dieu” (Hébreux 1. 3) a brillé sur un pays sombre et plongé dans l'ignorance. Et là, il a proclamé l'évangile, il a guéri les malades, chassé les démons, et rassasié les pauvres (Matthieu 4. 23). Il est “la vraie lumière” et “la lumière du monde” (Jean 1. 9 ; 8. 12).

Matthieu seul présente Christ comme étant une “grande lumière”. Lors de la transfiguration, il est frappant de voir que c'est seulement dans l'Évangile de Matthieu que nous lisons : “son visage resplendit comme le soleil” (17. 2). Avons-nous laissé cette lumière briller dans tous les recoins de notre cœur ? Y a-t-il là des zones où nous ne voulons pas que la lumière pénètre ? Il est bien triste de lire ce qu'a dit Jésus à Nicodème : “La lumière est venue dans le monde, et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises” (Jean 3. 19).

B. Reynolds