Bannière
Le Seigneur est proche
Samedi 13 avril 2019
Les sacrifices de Dieu sont un esprit brisé. Ô Dieu ! tu ne mépriseras pas un cœur brisé et humilié.
Psaume 51. 17
Brisement

Quelqu'un a dit : Dieu emploie des choses brisées. Il faut de la terre labourée pour produire une récolte, des nuages qui crèvent pour donner la pluie, des grains moulus pour faire du pain, et du pain rompu pour donner des forces. C'est le “vase d'albâtre” brisé qui répand le parfum (Marc 14. 3). C'est Pierre, pleurant amèrement (Luc 22. 62), qui retrouve plus de force que jamais.

Pensez à toutes les occasions rapportées dans l'Écriture où Dieu a brisé des personnes pour en bénir d'autres. Ce n'est qu’au moment où la force naturelle de Jacob a été brisée, lorsque sa hanche a été luxée dans cette lutte unique, qu'il est arrivé au point où Dieu pouvait le bénir richement (Genèse 32. 24-32). Ce n'est que lorsque les 300 soldats de Gédéon ont brisé les cruches qu'ils avaient dans leurs mains, que la lumière des torches cachées à l'intérieur a pu briller et anéantir l'ennemi (Juges 7. 19-22). Ce n'est qu'après avoir brisé le sceau de son unique jarre d'huile que la femme veuve a commencé de verser l'huile ; alors Dieu a multiplié miraculeusement cette huile, et ainsi la femme a pu payer ses dettes et avoir de quoi vivre (2 Rois 4. 1-7).

Ce n'est qu'après avoir brisé son magnifique vase d'albâtre rempli de nard pur, perdant ainsi son usage et sa valeur, que Marie a pu faire exhaler le parfum qui a rempli la maison ; et c'est ainsi que Jésus a été honoré. Quand Jésus était avec les foules en Galilée, ce n'est en fait que lorsqu'il a pris les cinq pains et les a rompus qu'ils ont été multipliés, et que les 5 000 personnes ont été nourries (Matthieu 14. 19-21).

Il y a quelque chose de miraculeux dans le brisement même dont Dieu se sert. C'est lorsque nous sommes malléables entre ses mains qu'il peut nous employer de la meilleure manière, quand nous laissons le Maître potier façonner et remodeler le vase comme il lui plaît (Jérémie 18. 4).

T. Hadley
Jésus, doux Maître, Règne sur moi,
Soumets mon être, Sois-en le roi ;
Je suis l'argile, Toi, le Potier ;
Rends-moi docile, Ton prisonnier.
Je m'abandonne, Jésus, à toi ;
Détruis, pardonne Tout mal en moi.
Remplis mon âme De ton Esprit,
Et qu'il m'enflamme, Et jour et nuit !
J. Hunter