Bannière
Le Seigneur est proche
Dimanche 09 décembre 2018
Le sacrificateur fera fumer le tout sur l'autel ; c'est un holocauste, un sacrifice par feu, une odeur agréable à l'Éternel.
Lévitique 1. 9
Quelques sacrifices du Lévitique (1)
L'holocauste : Christ, le sacrifice parfait agréé par Dieu

En Lévitique 1, la victime sans défaut représente Christ comme holocauste. Tout était brûlé sur l'autel dans cette offrande, non seulement la graisse, mais aussi les parties en principe impures, “l'intérieur et les jambes(v. 9). Celles-ci étaient lavées dans l'eau pour être une image appropriée de la perfection de Christ, aussi bien intérieurement (dans ses sentiments, ses désirs et ses affections), qu'extérieurement (dans sa marche). Il a toujours fait ce qui était agréable à son Père (Jean 8. 29). Lorsque l'holocauste était éprouvé par le feu du ciel, le feu consumant de la sainteté divine, une “odeur agréable”, ou plus littéralement une odeur de repos (voir Genèse 8. 21), montait devant l'Éternel. Cela nous montre le prix que Dieu attache au dévouement parfait et à la valeur infinie de Christ dans sa mort. Il ne s'agit pas ici de porter le péché ; c'est un autre aspect de la mort de Christ pour glorifier Dieu, qui est symbolisé par “le sacrifice pour le péché” (Lévitique 4).

L'homme qui apportait cette offrande posait sa main sur la tête de la victime, il s'identifiait ainsi à l'holocauste et s'entendait dire : “Il sera agréé pour lui” (Lévitique 1. 4) ; de même, maintenant, celui qui s'approche de Dieu par le seul sacrifice de Christ, est agréé, comme Christ l’est lui-même. Nous sommes pleinement acceptés comme l’est cette offrande, “rendus agréables dans le Bien-aimé” (Éphésiens 1. 6). Quelle vérité précieuse pour nos âmes !

Personne ne pouvait consommer l'holocauste ; tout était pour Dieu. Cependant, la peau appartenait au sacrificateur qui avait offert l'holocauste (Lévitique 7. 8) : tout ce que nous pouvons désormais posséder de l'holocauste, c'est ce qui a été manifesté extérieurement. Le Père seul peut réellement estimer les perfections intérieures du Seigneur dans son dévouement, et dans tout ce qu'il a fait pour la gloire de Dieu.

Ce regard sur la perfection de Jésus, mise en évidence par ces images de l'holocauste, réjouit nos cœurs dans le Seigneur, encourage notre communion et nous invite à le suivre dans le même sentier d'une obéissance sans réserve.

H.H. Snell