Bannière

La Bonne Semence

Mardi 24 novembre 2020
Vous avez chassé les femmes de mon peuple.
Michée 2. 9
Il n’y a plus ni homme, ni femme : car vous tous, vous êtes un dans le Christ Jésus.
Galates 3. 28
Aimés du même amour

Des hommes religieux amènent à Jésus une femme mariée, surprise avec son amant. Ils pensent que Jésus va la condamner à mort, selon la loi de Moïse. Or cette loi condamne l’adultère, oui, mais pas plus du côté de la femme que de celui de l’homme (Lévitique 20. 10) ! Ces censeurs auraient donc dû arrêter les deux coupables.

Jésus a placé les accusateurs face à leur conscience, et a montré qu’ils étaient tous pécheurs. Il a parlé avec bonté à cette femme, voyant au fond de son coeur, et lui a dit : “Va, dorénavant ne pèche plus” (Jean 8. 11).

Aujourd’hui encore les violences envers les femmes et les discriminations à leur égard sont un fléau. La Bible montre depuis plusieurs millénaires que l’homme et la femme sont égaux devant Dieu, et combien il réprouve les torts causés par un mari à sa femme (Malachie 2. 14). Ils sont aimés par lui du même amour, et l’un comme l’autre a besoin d’être sauvé. Jésus a surpris ses disciples en ne respectant pas la tradition de l’époque, selon laquelle les hommes n’avaient pas de conversation avec les femmes, comme si elles n’étaient pas dignes d’attention (Jean 4. 27).

À plusieurs reprises, Dieu honore des femmes dont la foi a brillé (Ruth, Anne, Abigaïl…). Et sa parole exhorte les maris à leur “porter honneur” en réalisant que maris et femmes croyants sont “ensemble héritiers de la grâce de la vie” (1 Pierre 3. 7).