Bannière

La Bonne Semence

Jeudi 5 décembre 2019
(Job dit à Dieu :) Mon oreille avait entendu parler de toi, maintenant mon œil t’a vu : c’est pourquoi j’ai horreur de moi, et je me repens.
Job 42. 5, 6
Si je connais tous les mystères et possède toute la connaissance… mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien.
1 Corinthiens 13. 2
L’amour de soi

“L’amour de soi… Cette inimitable saveur que l’on ne trouve qu’à soi-même…” Cette réflexion de Paul Valéry ne s’applique-t-elle pas à l’auto-satisfaction ? Ce sentiment consiste à être contents de nous-mêmes, à nous aimer à cause de nos qualités, de nos vertus. L’estime de soi et la confiance en soi sont des atouts valorisés dans notre société actuelle car elles montrent une certaine force de caractère qui permet de réussir. Mais en occupant nos pensées, elles risquent de favoriser l’orgueil, la suffisance, le mépris des autres.

La Bible affirme que “le cœur est trompeur par-dessus tout, et incurable” (Jérémie 17. 9), elle montre l’incapacité de l’homme à se transformer lui-même, mais elle fournit l’antidote à notre orgueil, à notre ego.

Dieu veut orienter notre capacité d’aimer vers ceux qui nous entourent. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » , nous dit la loi divine (Marc 12. 28-31). Le chrétien qui a reçu une vie nouvelle par la foi réalise que le Fils de Dieu, Jésus, l’a aimé et s’est livré lui-même pour lui à la croix (Galates 2. 20). Il essaie de répondre à la demande de Jésus : “Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés” (Jean 15. 12).

Si l’amour pour Dieu est le mobile de notre vie, il devrait produire en nous l’amour pour notre prochain, nous incitant à nous oublier et à ne pas vivre égoïstement pour nous-mêmes.