Bannière
La Bonne Semence
Jeudi 01 novembre 2018
Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et ainsi la mort a passé à tous les hommes, du fait que tous ont péché.
Romains 5. 12
Jésus Christ… a annulé la mort et a fait luire la vie et l'incorruptibilité par l'évangile.
2 Timothée 1. 10
Jésus, seul vainqueur de la mort
Lecture proposée : Marc 5. 21-24 et 35-43

C'est dans ce monde de souffrance et de deuil que Jésus, le Fils de Dieu, le Sauveur des pécheurs, est venu. Un jour, le père d'une fille unique de 12 ans s'est approché de Jésus, le coeur brisé, en lui disant : “Ma fille est en train de mourir”. Jésus s'en va avec lui, mais la foule le presse, et il doit s'arrêter pour guérir une femme malade. Et pendant que ce père anxieux voit le temps passer, ses voisins viennent le prévenir que l'enfant est morte. C'est donc fini ? Quelle douleur !

Mais Jésus, le Prince de la vie, lui dit aussitôt : “Ne crains pas, crois seulement”. Il accompagne le père et entre dans sa maison où règne une grande agitation. Puis il dit : “L'enfant n'est pas morte, mais elle dort” (Marc 5. 39). Ceux qui assistent à la scène se moquent de ces paroles. Alors le Seigneur Jésus les met dehors et ordonne à l'enfant de se lever ; puis il la rend, vivante, aux parents stupéfaits.

La mort est une réalité à laquelle aucun être humain ne peut se soustraire. Mais Jésus, sur qui la mort n'avait aucun pouvoir car il était sans péché, a donné sa vie volontairement. Puis il est ressuscité, devenant ainsi le grand vainqueur de la mort. Et il assure maintenant à tous ceux qui mettent leur confiance en lui que, même s'ils doivent mourir un jour, ils ressusciteront comme lui, avec un corps glorieux. Pour le chrétien, la mort reste un passage difficile mais elle ouvre la porte sur la joie éternelle au ciel avec Jésus (Psaume 23. 4, 6).