Bannière
La Bonne Semence
Samedi 25 août 2018
Rendez hommage au Fils, de peur qu'il ne s'irrite et que vous n'alliez à votre perte, car sa colère s'enflamme rapidement. Heureux tous ceux qui se confient en lui !
Psaume 2. 12
Je ne cessais de penser à ce verset déroutant (2)

“La lecture des évangiles m'a bouleversé. Dès les premières paroles de Jésus, j'ai été subjugué par son message d'amour et de paix. Quelques mois plus tard, un ami avec qui je discutais souvent de ces sujets m'a tendu une invitation pour une conférence dont le thème était : “Jésus, les Juifs et le Messie”. Je n'y ai pas assisté, mais au bas du tract qui l'annonçait, un verset de la Bible m'a intrigué : “Rendez hommage au Fils, de peur qu'il ne s'irrite… Heureux tous ceux qui se confient en lui ! ”. J'ai demandé alors à mon ami ce qu'il pensait de cette phrase de la Bible, et en particulier du mot “Fils”. Il m'a répondu qu'il n'en savait pas grand-chose ! Il a aussitôt ajouté que son curé lui avait toujours dit que Jésus était le Fils de Dieu. Je lui ai répondu que, pour nous, les Juifs, Dieu était unique et qu'il ne pouvait avoir de fils.

Mais la question m'intriguait. Je ne cessais de penser à ce verset déroutant. De retour chez moi, j'ai ouvert la Bible française dans la traduction du rabbin Zadoc Kahn (ne comprenant que l'Ancien Testament), et j'ai relu le Psaume 2. J'ai été surpris de retrouver le verset dans une traduction à peine différente (“Rendez hommage au Fils, de peur qu'il ne s'indigne, et que vous n'alliez à votre perte ; car bien vite sa colère prend feu : heureux tous ceux qui s'abritent en lui”). Au bas de l'invitation pour la conférence, j'ai vu alors une offre pour recevoir un Nouveau Testament gratuitement. Il suffisait d'écrire à l'adresse indiquée. C'est ce que j'ai fait.”

(suite à demain)