Bannière
La Bonne Semence
Jeudi 24 mai 2018
Ainsi dit le Seigneur… : C'est en revenant et en vous tenant en repos que vous serez sauvés ; dans la tranquillité et dans la confiance sera votre force. Mais vous ne le voulez pas.
Ésaïe 30. 15
À quoi bon se confier en Dieu ? (1)

Le roi Joram règne au temps du prophète Élisée. Il habite à Samarie, ville très corrompue, et se soucie fort peu de Dieu. Dieu est patient et, par le moyen du prophète Élisée, il l'avertit à plusieurs reprises des pièges que lui tend le roi de Syrie, et le délivre du danger. Mais Joram reste sourd aux appels de Dieu, il persévère dans son mépris pour lui. Alors, afin de ramener à lui le roi et son peuple, Dieu permet que Samarie soit assiégée, et qu'une terrible famine s'installe. Elle est si rude qu'elle conduit certains à des pratiques cannibales (2 Rois 6. 28, 29).

Lorsque Joram apprend cela, il est horrifié. Mais, au lieu de se repentir et de faire appel au prophète de Dieu pour avoir du secours, il s'en prend précisément à Élisée. Il le rend responsable de tous ses maux, veut s'en débarrasser, et envoie un serviteur pour le décapiter. Dieu protège son prophète, le projet échoue, et Joram prononce alors d'amères paroles (2 Rois 6. 33). Autrement dit : “Puisque Dieu me fait du mal, à quoi bon lui faire confiance ? ” Au lieu de se repentir et de se tourner vers Dieu, il l'accuse, se révolte et lui tourne le dos…

Cette réaction est, hélas, celle de beaucoup d'entre nous. C'est la désobéissance de l'homme et son péché qui ont introduit dans ce monde la souffrance et la mort. Comme Joram, l'homme souffre donc par sa propre faute. Dieu l'épargne, il l'appelle et cherche à le ramener à lui. Mais l'homme se révolte, il accuse Dieu, ce Dieu qui l'aime, et qui l'appelle patiemment.