Bannière
La Bonne Semence
Samedi 09 septembre 2017
Que toute amertume, tout emportement, toute colère, tout éclat de voix, toute injure soient ôtés du milieu de vous, de même que toute méchanceté ; mais, les uns à l'égard des autres, soyez bons, compatissants, vous pardonnant les uns aux autres, comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné.
Éphésiens 4. 31, 32
La colère de Moïse (2)
Nombres 20. 8-11

Toujours dans le désert, le peuple assoiffé s'en prend de nouveau à Moïse. Dieu est patient et veut donner à boire à la foule. Il dit à Moïse : “Vous parlerez devant leurs yeux au rocher, et il donnera ses eaux”. Cette fois, Moïse doit parler au rocher. Il n'est pas nécessaire de le frapper une seconde fois. Jésus Christ “a souffert une fois pour les péchés” (1 Pierre 3. 18), sa mort n'a pas besoin d'être répétée. Que fait Moïse ? Le peuple l'exaspère. Il est accusé sans cause, il essuie des reproches. Alors il s'emporte, hausse le ton : “Écoutez, rebelles ! Vous ferons-nous sortir de l'eau de ce rocher ? Et Moïse leva sa main et frappa le rocher de son bâton, deux fois ; et il en sortit des eaux en abondance”. Il ne donne pas la gloire à Dieu, il prétend que c'est lui et Aaron qui font sortir l'eau. Avec colère, il frappe, deux fois.

Ne nous arrive-t-il pas de perdre le contrôle de nous-mêmes ? Un de nos enfants nous pousse à bout par son attitude, parfois c'est un collègue, un voisin. Le ton monte. Il y a des gestes que l'on regrette. Dans le privé, Dieu punira Moïse, mais face à la foule, va-t-il refuser l'eau ? Non, la grâce de Dieu et sa patience sont sans limite. Le rocher, frappé à tort, donne son eau.

Si la colère nous a poussés à des paroles ou à des gestes déplacés, confessons-les à Dieu et aux personnes offensées. Sa grâce vient à la rencontre de notre faiblesse. Son amour est inépuisable. L'eau coule et nous rafraîchit.