Bannière
La Bonne Semence
Dimanche 12 juin 2011
Ne dis pas  : Comment se fait-il que les jours précédents ont été meilleurs que ceux-ci  ? car ce n'est pas par sagesse que tu t'enquiers de cela.
Ecclésiaste 7. 10
Oubliant ce qui est derrière et tendant avec effort vers ce qui est devant, je cours droit au but pour le prix de l'appel céleste de Dieu dans le Christ Jésus.
Philippiens 3. 13, 14
Nostalgie
Lire le Psaume 77

“Autrefois”... Ce mot revient souvent quand nous regrettons les jours de notre jeunesse ou des temps plus faciles. Asaph parle ainsi au début du Psaume 77  : “Je pense aux jours d'autrefois, aux années des siècles passés”. Mais ce regard en arrière sur les jours heureux ne lui apporte aucun réconfort  ; il est agité, se lamente, et perd courage. Il en vient même à douter de la bonté de Dieu.

Soudain il réalise que cet état d'esprit n'est pas bon, que c'est une faiblesse de sa part, et ses pensées changent d'orientation (v. 10). Au lieu de s'enfermer dans la nostalgie, il se met à réfléchir sur ce que Dieu a fait  : “Je me souviendrai de tes merveilles d'autrefois”. Tout de suite l'atmosphère change, et la suite du psaume est pleine de sérénité. En terminant, Asaph mentionne Moïse et Aaron, qui dirigent nos pensées vers Christ, dont ils sont une figure  : le chef de la foi, le chef de l'Église, en qui nous avons toutes nos ressources.

Prenons exemple sur Asaph. Ne considérons pas notre passé avec tristesse et nostalgie, mais cherchons-y plutôt ce que Dieu a fait pour nous. Il nous fera découvrir ou redécouvrir comment il nous a soutenus et protégés, combien il a fait preuve à notre égard de patience, de grâce, de pardon. Alors notre tristesse se changera en joie, en confiance, en louange, et nous pourrons poursuivre notre chemin les yeux fixés sur Christ.

Compte les bienfaits de Dieu, Mets-les tous devant tes yeux. Tu verras, en adorant, Combien le nombre en est grand.