Bannière
La Bonne Semence
Lundi 25 avril 2011
Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures  ; il a été enseveli, et il a été ressuscité le troisième jour, selon les Écritures  ; il a été vu de Céphas, puis des douze. Ensuite il a été vu de plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont demeurés en vie jusqu'à présent.
1 Corinthiens 15. 3-6
La résurrection, fondement de la foi chrétienne

Les historiens ne remettent plus en doute l'existence de Jésus de Nazareth. Ils s'accordent à dire qu'il était un prédicateur juif itinérant, crucifié il y a quelque 2000 ans. Plusieurs textes non bibliques, écrits très peu de temps après les évangiles, mentionnent l'existence de Jésus. On peut citer les écrits de Flavius Josèphe (vers l'an 93), et les historiens romains Tacite (vers 100)et Suétone (vers 120).

Mais pour ces auteurs, Jésus n'est, en définitive, qu'un “certain Jésus qui est mort” (Actes 25. 19). Ils n'ont pas cru ceux qui avaient vu Jésus ressuscité. Or le fait que Jésus soit ressuscité est une des vérités fondamentales de la foi chrétienne, un point essentiel pour chacun de nous. “Si, de ta bouche, tu reconnais Jésus comme Seigneur, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé” (Romains 10. 9).

L'évangile est une bonne nouvelle rendue possible par la vie, la mort et la résurrection de Jésus Christ. C'est la bonne nouvelle que Dieu pardonne et adopte comme ses enfants tous ceux qui reconnaissent en Jésus, l'humble charpentier de Nazareth, le Fils de Dieu. Alors tout s'éclaire. Sa mort n'est pas seulement le résultat d'un procès inique, ni de la lâcheté d'un Pilate, elle est l'accomplissement de la prophétie. Celle-ci annonçait que le Messie devrait souffrir et mourir, mais aussi qu'il ressusciterait d'entre les morts.

C'est pourquoi les chrétiens peuvent dire  : “C'est Christ qui est mort, bien plus, qui est aussi ressuscité...  ! Qui est-ce qui nous séparera de l'amour du Christ  ? ” (Romains 8. 34, 35).