Bannière
La Bonne Semence
Mardi 28 avril 2009
Mieux vaut la sagesse que la force  ; mais la sagesse du pauvre est méprisée, et ses paroles ne sont pas écoutées.
Ecclésiaste 9. 16
Le Christ Jésus… s'est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu'à la mort, et à la mort de la croix.
Philippiens 2. 5, 8
La raison du plus fort

“La raison du plus fort est toujours la meilleure”, écrivait La Fontaine dans sa fable  : “Le loup et l'agneau”. Nous constatons que c'est bien le cas, trop souvent, et le 21e siècle n'échappe pas à cette règle. Sans parler du terrorisme qui veut faire triompher ses idées par la violence, notre monde est largement gouverné par la force. Les plus forts, ou les plus nombreux, imposent leurs lois. Dans la société actuelle, faibles et vaincus sont trop souvent opprimés.

Quel contraste avec Jésus  ! Lorsqu'il était sur la terre, il n'a montré que douceur et humilité sans chercher à imposer son enseignement. Il disposait d'une puissance infinie, pourtant il ne s'en est servi que pour soulager et guérir tous ceux qui venaient à lui. Même quand on est venu l'arrêter avec des bâtons et des épées, il n'a pas résisté. Il a accepté alors d'être crucifié pour sauver ceux qui étaient perdus.

La Bible déclare  : “Il a été crucifié en faiblesse” (2 Corinthiens 13. 4). Mais “Dieu... l'a ressuscité d'entre les morts et lui a donné la gloire” (1 Pierre 1. 21). A la raison apparente du plus fort, il a répondu par la raison de l'amour. Aujourd'hui encore, Dieu n'impose rien à l'homme. Dans sa bonté, il le pousse à se repentir et à recevoir le pardon de ses péchés parce que Jésus Christ est mort pour les expier. Il n'y a pas de péché plus grave devant Dieu que de mépriser l'abaissement et l'amour de son Fils.