Bannière
La Bonne Semence
Vendredi 21 décembre 2007
Le Fils de Dieu... m'a aimé et... s'est livré lui-même pour moi.
Galates 2. 20
Le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous.
Éphésiens 5. 2
Gethsémané (2)
Jean 18. 1-11

L'évangéliste Jean nous montre Jésus dans sa gloire de Fils de Dieu. Il ne parle pas de Jésus en prière ni de l'angoisse qu'il a connue, telle que Luc nous la rapporte. Il raconte seulement avec quelle dignité Jésus sort du jardin de Gethsémané, bien au-dessus des circonstances et de la bassesse des hommes.

Dans la nuit, des soldats l'attendent avec des lanternes, des flambeaux et des armes. Ils sont conduits par Judas, le traître qui va livrer son Maître par un baiser. Jésus pourrait s'échapper et laisser là ces hommes, pantois et confus. Il pourrait les frapper de mort. Non  ; il est venu pour s'offrir en sacrifice et ira jusqu'au bout. Il va au-devant d'eux. “Qui cherchez-vous  ? ” leur demande-t-il. – “Jésus le Nazaréen.” – “C'est moi”, répond-il. Les soldats reculent et tombent par terre. La parole prophétique l'avait annoncé (Psaume 27. 2). Pourquoi ne discernent-ils pas la gloire de celui qu'ils viennent arrêter  ? Sa puissance qui les jette à terre et son amour qui les épargne ne devraient-ils pas les confondre  ? Non, emportés par leur haine, ils sont aveuglés.

Jésus, déterminé dans son chemin d'obéissance à Dieu, son Père, et plein d'amour pour ses disciples, déclare  : “Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci”. Alors, maître de la situation, il s'avance résolument. Ce ne sont pas les hommes qui le prennent, c'est lui qui se livre et se dirige vers la croix pour devenir notre Sauveur.