Bannière
La Bonne Semence
Dimanche 21 octobre 2007
À moins que le grain de blé ne tombe en terre et ne meure, il demeure seul  ; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit.
Jean 12. 24
L'humble venue de Jésus

Presque invisible à l'œil nu, le germe d'une graine en est pourtant la partie la plus importante, mais aussi la plus délicate. Eh bien, c'est cette figure qu'utilise le prophète Zacharie pour parler du Messie qui devait venir  : “un homme dont le nom est Germe” (6. 12).

Ce langage symbolique, coutumier aux prophètes, souligne bien l'humilité dans laquelle Jésus est venu  : sa naissance au sein d'une famille pauvre, la fragilité d'un petit enfant couché dans une crèche, sa vie entière dans la précarité, son contact avec les plus pauvres et les exclus, et pour finir, sa mort sur une croix entre deux malfaiteurs.

Le Seigneur Jésus se compare au grain de blé qui meurt et porte beaucoup de fruit (Jean 12. 24). Le germe du grain est sa vie, mais le grain lui-même disparaît, et seul le germe se développe. Image éloquente de la mort et de la résurrection  : la vie surgit de la mort.

Jésus, né à Bethléhem dans la plus humble des conditions, est allé jusqu'à donner sa vie pour nous, et veut nous communiquer cette vie qui a surgi de sa mort.

Celui qui accepte Jésus pour son Sauveur reçoit la vie éternelle, selon les déclarations de la Parole de Dieu  : “ Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ” (Jean 3. 36), et “ Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie ” (1 Jean 5. 12).