Bannière
La Bonne Semence
Jeudi 07 juin 2007
Je n'ai pas honte de l'évangile, car il est la puissance de Dieu pour sauver quiconque croit.
Romains 1. 16
Nous ne faisons pas bien. Ce jour est un jour de bonnes nouvelles, et nous nous taisons.
2 Rois 7. 9
L'officier et sa servante (1)
2 Rois 5. 1-19

Après une incursion dans le pays d'Israël, les Syriens emmènent une troupe de prisonniers et, parmi eux, une petite fille. Pourquoi se trouve-t-elle là  ? Parce que Dieu veut se servir de cette enfant pour accomplir une guérison merveilleuse. Elle est prise comme servante par le chef de l'armée, Naaman. Dans cette maison où elle sert humblement, elle apprend que son maître est lépreux. Bien loin de rester indifférente devant la maladie de celui qui l'a arrachée à sa famille, elle dit à sa maîtresse  : «Oh  ! si mon seigneur était devant le prophète qui est à Samarie  ! alors il le délivrerait de sa lèpre». Parole audacieuse, mais parole de foi. A-t-elle déjà vu le prophète Élisée guérir un lépreux  ? Non, sans doute, mais elle connaît la puissance et l'amour de son Dieu. Elle sait qu'il veut le bien pour tous. Alors, tout simplement, elle rend témoignage du Dieu qu'elle connaît, et elle aura la joie, après la guérison et le retour de son maître, de se joindre à lui pour adorer leur Dieu.

Amis croyants, il y a autour de nous, dans notre maison, au travail, dans notre quartier, des personnes atteintes, comme nous l'étions, de cette maladie du péché. Elles vont au-devant d'une mort éternelle et nous ne leur disons rien. Nous avons pourtant une bonne nouvelle à leur annoncer, et nous ne le faisons pas. Qu'attendons-nous pour leur dire  : «Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui... ait la vie éternelle» (Jean 3. 16) ?