Bannière
La Bonne Semence
Samedi 28 avril 2007
Jésus… a passé de lieu en lieu, faisant du bien et guérissant tous ceux que le diable avait asservis à sa puissance.
Actes 10. 38
Jésus, vainqueur de Satan

Dès le début de son ministère, Jésus rencontre Satan dans les circonstances les plus dures, mais il se montre inébranlable (Matthieu 4. 1-11). Alors qu'Ève a cédé au tentateur parce qu'elle n'a pas cru la parole de Dieu, c'est en citant celle-ci trois fois que Jésus résiste à Satan. Aucune attaque du diable ne prévaut contre lui. Depuis sa naissance jusqu'à la fin de sa vie d'homme sur la terre, Christ a toujours été exempt de tout mal. Il échappe à la faillite générale de l'humanité et ne fait pas partie des captifs de celui qu'il appelle “l'homme fort”  : Satan (Marc 3. 27). Par son obéissance à son Père, Jésus laisse Satan sans aucun droit sur lui. L'ennemi est “lié”. Il ne peut plus s'opposer à son vainqueur.

Jésus peut alors s'avancer pour “entrer dans la maison de l'homme fort et piller ses biens” (Matthieu 12. 29). Jésus est venu parmi les hommes que Satan tenait captifs, pour guérir “tous ceux que le diable avait asservis à sa puissance”. Il ressuscitait même les morts.

Plus tard, sur la croix du Calvaire, le Seigneur remportera la victoire décisive et définitive sur le mal. Il brisera la tête du serpent (Genèse 3. 15). Bientôt, il le chassera du ciel (Apocalypse 12. 9, 10). Il l'enfermera dans l'abîme (20. 3)pendant son règne de paix sur la terre. Pour terminer, à la fin des temps, il le jettera dans l'étang de feu (20. 10).

Telles sont les étapes de la victoire de notre grand Libérateur.