Bannière
La Bonne Semence
Dimanche 04 mars 2007
Le salaire du péché, c'est la mort  ; mais le don de grâce de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus, notre Seigneur.
Romains 6. 23
Ainsi, qui sait faire le bien et ne le fait pas, pour lui c'est un péché.
Jacques 4. 17
La force du don

Est-ce difficile d'accepter un don  ? Dans un sens oui, peut-être parce qu'il faut se défaire de la mentalité d'un monde où tout s'achète ou se mérite. Or, dans le domaine spirituel, je ne pourrai jamais trouver le bonheur si je reste dans une logique de mérites, de droits et de devoirs. Cette logique est peut-être très prisée dans la société, mais, pour entrer dans le royaume de Dieu, je dois la dépasser.

«Être chrétien», ce n'est pas d'abord accomplir un devoir ou faire des bonnes œuvres. Non, le point de départ, c'est de recevoir les dons de Dieu. Son don suprême, c'est son Fils unique, Jésus (Jean 3. 16). Être chrétien, c'est donc avoir cru en lui. Alors je reçois le pardon de mes péchés et la vie éternelle. Et, en dépit de mes fautes, au creux même du malheur et des souffrances, Dieu me relève, me soutient, me libère, me donne la force pour suivre le Seigneur.

Alors, à sa suite, je pourrai apprendre à donner, de manière désintéressée, par amour. Le don n'est d'ailleurs pas seulement une question de bonté, mais de justice. En effet, la justice selon Dieu ne se limite pas à rendre à l'autre ce qui lui est dû  ! Elle va plus loin, elle donne. «Le juste donne et ne retient pas» (Proverbes 21. 26). Il ne s'agit pas seulement d'être honnête, mais aussi de partager et de donner. Alors je serai juste, si je montre que ce que j'ai appartient, au fond, à Dieu qui me l'a confié. On peut être honnête et égoïste… Mais Jésus dit  : «Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement» (Matthieu 10. 8).