Bannière
La Bonne Semence
Dimanche 19 mars 2006
Vous avez été appelés à la liberté.
Galates 5. 13
Comme je serais libre si…

Comme je serai libre, pense l'étudiant, quand j'aurai passé mes examens  ! Comme je serai libre, se dit un autre, quand j'aurai remboursé mon emprunt  ! Ainsi chacun pense que les freins à la liberté sont d'ordre extérieur. Pour être libre, il faudrait échapper aux contraintes, qu'elles soient sociales, financières, morales même, pour certains.

Il est vrai qu'il y a des situations dont il faut se libérer. «Si tu peux devenir libre, profites-en plutôt», écrivait l'apôtre Paul aux esclaves chrétiens (1 Corinthiens 7. 21). Cependant, même si tout ce que nous pensons être un frein à notre vie venait à disparaître, cela ne garantit en rien que nous trouverions ce à quoi nous aspirons. Car la liberté, au sens le plus profond du terme, concerne notre vie intérieure.

C'est dans notre cœur que nous pouvons être à l'étroit. Là peut être l'origine de notre asservissement. Au fond, notre manque de liberté peut venir d'un manque d'amour. Notre cœur peut être prisonnier de son égoïsme ou de ses peurs, il est souvent englué dans la quête de biens matériels. Nous avons besoin de changer en profondeur, de nous laisser transformer par Dieu. Celui qui sait aimer vraiment ne se trouvera à l'étroit nulle part. La véritable liberté se découvre dans une relation intime avec Dieu. Il verse son amour dans nos cœurs par l'Esprit qui nous a été donné (Romains 5. 5). Chrétiens, Dieu nous offre, par son Esprit, la possibilité de croire, d'aimer et d'espérer. Personne ne pourra nous en empêcher. N'est-ce pas cela être libre  ?