Bannière
La Bonne Semence
Mardi 26 avril 2005
Demeurez dans la foi, fondés et fermes, sans vous laisser détourner de l'espérance de l'évangile.
Colossiens 1. 23
Que le Dieu d'espérance vous remplisse de toute joie et paix en croyant.
Romains 15. 13
Avez-vous jeté l'ancre  ?

L'ancre est cet instrument métallique, à deux branches ou plus, suspendu à une chaîne, que le marin jette au fond de l'eau pour empêcher le navire de partir à la dérive. La sécurité qu'elle procure dépend de la nature du fond sur lequel elle repose, et de la solidité de la chaîne. Toutes les précautions sont prises pour qu'elle puisse résister, si besoin est, aux coups de boutoir d'une mer en furie. Généralement, un navire possède plusieurs ancres. L'une d'entre elles, la plus forte, qui ne sert qu'à la dernière extrémité, était autrefois appelée l'ancre de la miséricorde ou de salut.

L'ancre, avec ses caractères de sûreté et de fermeté, est une belle image de l'espérance du croyant fondée sur Jésus Christ. Elle nous tient attachés à Dieu lui-même, au roc de son immuable fidélité. C'est, pour le croyant, un puissant réconfort de se savoir pour toujours lié à Christ. Celui-ci, lorsque l'oeuvre de la croix a été achevée, est entré dans le ciel où il se trouve comme notre “précurseur” (Hébreux 6. 20).

C'est la seule fois où ce mot “précurseur” est employé dans la Bible. C'était le nom très significatif qu'on donnait à une chaloupe qui, se détachant d'un navire, allait porter l'ancre en lieu sûr, pour assurer la sécurité de tout l'équipage. Voilà bien ce que Jésus est spirituellement pour ceux qui lui appartiennent. Il est entré le premier dans la présence même de Dieu pour leur préparer une place et, comme la chaîne invisible de l'ancre, leur foi les relie à lui.