Bannière

Les Psaumes
Chaque Jour les Écritures - 4ème année

Psaume 73. 1 à 14

    Psaume 73

    1Certainement Dieu est bon envers Israël, envers ceux qui sont purs de coeur. 
    2Et pour moi, il s’en est fallu de peu que mes pieds ne m’aient manqué, – d’un rien que mes pas n’aient glissé ;  
    3Car j’ai porté envie aux arrogants, en voyant la prospérité des méchants. 
    4Car [il n’y a] pas de tourments dansa leur mort, et leur corps est gras ;  
    5Ils n’ont pas de part aux peines des humains, et ils ne sont pas frappés avec les hommes. 
    6C’est pourquoi l’orgueil les entoure comme un collier, la violence les couvre comme un vêtement ;  
    7Les yeux leur sortent de graisse ; ils dépassent les imaginations de leur coeur. 
    8Ils sont railleurs et parlent méchamment d’opprimer ; ils parlent avec hauteur ;  
    9Ils placent leur bouche dans les cieux, et leur langue se promène sur la terre. 
    10C’est pourquoi son peuple se tourne de ce côté-là, et on lui verseb l’eau à plein bord, 
    11Et ils disent : Comment Dieu connaîtrait-il, et y aurait-il de la connaissance chez le Très-haut ?  
    12Voici, ceux-ci sont des méchants, et ils prospèrent dans le mondec, ils augmentent leurs richesses. 
    13Certainement c’est en vain que j’ai purifié mon coeur et que j’ai lavé mes mains dans l’innocence :  
    14J’ai été battud tout le jour, et mon châtiment [revenait] chaque matin. 

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. qqs. : jusqu’à.

    b. propr. : exprime.

    c. ou : sont toujours tranquilles.

    d. ailleurs : frappé.

    Le 3e livre des Psaumes commence par une série de onze psaumes d’Asaph. C’est lui qui, du temps de David, dirigeait le chant et l’accompagnait avec des cymbales (1 Chroniques 16. 5). Le Psaume 73 nous raconte sa dure expérience. En comparant son sort à celui des incrédules, Asaph est découragé. Il lui semble que Dieu réserve peines et tourments à ceux qui le craignent (sous forme de discipline), tandis qu’il épargne les arrogants et les méchants dont les versets 3 et suivants nous font le portrait. Le fidèle s’aigrit et se tourmente (v. 21). Il n’est pas loin d’accuser Dieu d’injustice et d’indifférence. S’il en est ainsi, pense-t-il, à quoi sert-il de purifier mon cœur ?

    D’une manière générale, il est arrivé à chacun de nous de porter envie à ceux qui peuvent jouir de tout ce qu’offre l’existence sans se laisser arrêter par la crainte de Dieu. Les jeunes chrétiens qui font des études connaissent tous des camarades qui ont à la fois beaucoup d’argent et des principes moraux relâchés. Qu’ils n’oublient pas leurs propres richesses, lesquelles ne se mesurent pas à l’échelle des valeurs humaines ! Il faut qu’ils s’en souviennent : leur espérance fait d’eux, non pas les plus misérables (1 Corinthiens 15. 19) mais les plus privilégiés de tous les hommes.

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage