Bannière

Les lamentations de Jérémie
Chaque Jour les Écritures - 3ème année

Lamentations de Jérémie 1. 1 à 11

    Lamentations de Jérémie 1

    1a Comment est-elle assise solitaire, la ville si peuplée ! Celle qui était grande entre les nations est devenue comme veuve ; la princesse parmi les provinces est devenue tributaire. 2Elle pleure, elle pleure pendant la nuit, et ses larmes sont sur ses joues ; de tous ses amants, il n’en est pas un qui la console ; tous ses amis ont agi perfidement envers elle, ils sont pour elle des ennemis. 3Juda est allé en captivité à cause de [son] affliction et de la grandeur de [son] esclavage ; il habite parmi les nations, il n’a pas trouvé de repos ; tous ses persécuteurs l’ont atteint dans [ses] lieux resserrésb4Les chemins de Sion mènent deuil de ce qu’il n’y a personne qui vienne aux fêtes ; toutes ses portes sont désolées ; ses sacrificateurs gémissent, ses vierges sont dans la détresse ; elle-même est dans l’amertume. 5Ses adversaires dominentc, ses ennemis prospèrent ; car l’Éternel l’a affligée à cause de la multitude de ses transgressions ; ses petits enfants ont marché captifs devant l’adversaire. 6Et toute la magnificence de la fille de Sion s’est retirée d’elle. Ses princes sont comme des cerfs qui ne trouvent pas de pâture, et ils s’en sont allés sans force devant celui qui les poursuit. 7Jérusalem, dans les jours de son affliction et de son bannissementd, lorsque son peuple tombait danse la main de l’ennemi et qu’il n’y avait personne qui lui aide, s’est souvenue de toutes les choses désirables qu’elle avait dans les jours d’autrefois ; les adversaires l’ont vue, ils se sont moqués de sa ruinef8Jérusalem a gravement péché, c’est pourquoi elle est [rejetée] comme une impureté ; tous ceux qui l’honoraient l’ont méprisée, car ils ont vu sa nudité : elle aussi gémit et s’est retournée en arrière. 9Son impureté était aux pans de sa robe, elle ne s’est pas souvenue de sa fin ; elle est descendue prodigieusement ; il n’y a personne qui la console ! Regarde, ô Éternel, mon affliction, car l’ennemi s’est élevé avec orgueil. 10L’ennemi a étendu sa main sur toutes ses choses désirables ; car elle a vu entrer dans son sanctuaire les nations, au sujet desquelles tu avais commandé qu’elles n’entreraient pas dans ton assemblée. 11Tout son peuple gémit ; ils cherchent du pain ; ils ont donné leurs choses désirables contre des aliments pour restaurer [leur] âme. Regarde, Éternel, et contemple, car je suis devenue vile. 

    (Traduction révisée)

    Notes

    a. La lettre hébraïque initiale de chacun des versets des chapitres 1,2 et 4, suit l’ordre alphabétique ; au chapitre 3 il en est de même pour chaque paragraphe de trois versets, la lettre initiale de chacun de ceux-ci restant la même.

    b. ou : ses détresses.

    c. litt. : sont à la tête.

    d. ou : sa misère.

    e. ou : par.

    f. ou : ses [jours de] repos.

    Les Lamentations de Jérémie expriment la douleur du prophète devant les événements racontés par le dernier chapitre de son livre, c’est-à-dire la prise et la destruction de Jérusalem par l’armée de Nebucadnetsar. Mais, comme pour toute prophétie, la portée de celle-ci dépasse les circonstances qui en ont été l’occasion et l’Esprit nous conduit dans ces chapitres jusqu’au temps à venir de la « grande tribulation » par laquelle Israël devra passer.

    Il est touchant de voir Jérémie, bien que personnellement non coupable, prendre la plus grande part à l’humiliation de Jérusalem et s’identifier avec le peuple qui est sous le jugement de Dieu. Les malheurs qu’il n’avait cessé d’annoncer, et auxquels le peuple n’avait pas voulu croire, sont maintenant arrivés. Un autre n’aurait pas manqué de dire : je vous avais averti ! Si seulement vous m’aviez écouté ! Le serviteur de Dieu ne cherche pas ainsi à triompher. Bien au contraire ! Jérusalem qui ne trouve plus au jour de sa détresse personne qui lui aide (v. 7 ; Ésaïe 51. 18, 19), personne qui la console (v. 2, 9, 17, 21) aura en Jérémie (image de Christ) le plus fidèle des amis, le plus fervent des intercesseurs (voir Proverbes 17. 17).

    Choisir un livre
    Choisir un passage
    ×
    Choisir un livre
    Choisir un passage